French English German Italian Portuguese Spanish
Share

Le Gel de 1940, 1956

 

 

 

Alexendre CHIAPERO raconte, Le 2 Février 1956

Je travaillais à cette époque au détartrage de conduite d'eau filtrée, mon équipe se trouvait sur le site de la Pointe Rouge.

realtort 1940Pour me rendre sur mon lieu de travail, je me servais de ma moto, mais le froid, le gel et le verglas rendaient dangereux le trajet. Mon père m'incita à prendre sa camionnette, une Peugeot 203. Malgré le peu de circulation, le parcours fut acrobatique. Arrivé à la plage, je remarquait que les fauteuils en rotin des buvettes, avaient été poussés par le vent et les vagues, et, se trouvaient totalement gelés contre le mur du Parc Borrely à deux ou trois mètres de hauteur.

Seuls, quelques uns d'entre nous étaient arrivés sur le lieu de travail. Sous les ordres de M. PELISSIER, les pompes avaient était vidangées à l'aide de chalumeaux. Ne pouvant pas travailler, les outils, ont été mis en sécurités. Puis, nous avons rejoint le Pavillon de partage des eaux " Le Tore" aux Chutes-Lavies, après avoir bu un café au Bar du coin. Sur le comptoir se touvait un petit pot de fleurs et celles-ci étaient gelées. Arrivé au " Pavillon ", chacun de nous avons eu des consignes pour la suite des évènements. Sachant où j'habitais, M. CIANO, un des Responsables de la Régulation des eaux du Canal de Marseille, me demanda de passer la nuit en compagnie du surveillant des vannes du siphon du Jarret (Commune d'Allauch) avec M. Ernest JULIEN, afin de casser la glace sur les vannes, au fur et à mesure de sa formation. Ce qui fut fait, durant deux ou trois  nuits, par moins 18°, aidé par deux hommes des entreprises qui travaillaient pour la SEM.

 gel du canal 1956Le froid dura un bon mois, pendant lequel des visites de la branche mère étaient quotidiennes. Il m'est arrivé un jour de dégeler les pattes d'un oiseau (Martin Pêcheur) qui s'était posé sur le barreau d'une échelle de sécurité en bordure du Canal. En posant mes doigts sur ses pattes, malgré quelques coups de bec, j'étais arrivé à le dégager et le laisser partir.

 

Après de dégel et de nombreux dégâts, ce fut le temps des réparations, soudoures, changements de compteurs d'eau, terrassements. De petites équipes avaient été formées pour ces travaux. Je faisais équipe avec M. Arsène REMEGOUX et M. Maxime ARMAND, il y a exactement 56 ans aujourd'hui.(GEL 1956 sources films Ina.fr)

 

 Durant l’hiver 1956, les rues de Marseille sont enneigées, la fontaine du Palais Longchamp est gelée, des stalactites dégringolent des gouttières, les enfants font des glissades, il y a des blocs de glace dans la mer et sur les rochers, les bastingages du ferry sont givrés.

 1956 palais longchamp

Dans la france entière, l'hiver frappe durement en ce début d'année 1956.

M. Victor SORENTINO s'en souvient très bien. Il raconte que la température était descendue à - 15, - 20 degrés, tout était gelé, on travaillait le jour et la nuit pour casser les blocs de glace. Aux Camoins, à la Treille.

M. Antoine HURIOT avec les autres agents, précise, nous avons vécu le gel à l'adduction amont. La Durance charie des glaçons, la prise de Pertuis fut rapidement bloquée, le Canal gelait progressivement et la température descendit à - 17 et même -20°. La neige et le vent formaient des congères sur les chemins d'accés au Canal.

Pour briser les blocs de glace deux hommes sont morts : un Militaire et M. Roux, un Ingénieur de la SEM.