French English German Italian Portuguese Spanish
Share

   Saint-Christophe la Pêcherie

Au Bassin de Saint-Christophe ,Octobre 1913

 

Comme tous les ans, au début de l'automne, on a procédé, le dimanche à 1 heure du matin aux opérations préliminaires du dévasement du bassin de Saint-Christophe.

Tout le long du canal par où s'échappent en bouillonnant les eaux du vaste bassin, des centaines de personnes munies de salabres, d'épuisettes (caperaux). Pendant une heure environ une  véritable pêche miraculeuse, moins fructueuse cependant que les années précédentes.

Le dévasement du bassin demande environ 15 jours, et l'on estime à 5000 m3 la quantité de vase qui est rejetée dans la Durance.

 

 

Un immense vivier à poissons

 

 

 

Dans le ronflement des cinq groupes de motos pompes dont on aperçoit, là en bas, par-dessus les crêtes rectilignes des cavaliers, les jets d’eau puissants, juchés sur le mur de barrage qui en temps normal est chargé de maintenir une masse d’eau de 2 millions de mètres cubes, les gens bavardent.
  Derrière eux, par les vannes levées, l’eau de la Durance s’en va par le canal de ceinture continuer à alimenter le bassin de Réaltort et, à travers lui, Marseille.

 

 

 


  Les hommes du Canal (il y en a de très anciens) évoquent quelques souvenirs et se rappellent que le bassin n’a jamais connu d’ennuis graves.
  On parle de la pêche miraculeuse qui s’opérait jadis, au moment de la vidange du bassin. Pensez, il passe là, par le conduit d’évacuation, deux ou trois mille kilos de poissons qui «habitaient » le bassin. Et tout cela vient à la fois ! Ils attendent pour se ruer vers la sortie. Et ça saute, ça brille, ça éclabousse, vous parlez de friture !
  « Du temps de M. Fraissières, la Municipalité se déplaçait pour participer à cette partie..