French English German Italian Portuguese Spanish
Share

Historique

Le Projet

borne noire

Tel est le nom servant à désigner la grande dérivation des Eaux de la Durance qui satisfait désormais

de la manière la plus large aux besoins de la Ville et du territoire de Marseille.

Histoire des diverses tentatives d'exécution.

L'idée de recourir pour Marseille à d'autres eaux que celle des seuls environs de la Ville est ancienne.

 

 

En 1507 la famille d'Oppède obtint le privilége de dériver les eaux de la Durance vers Aix et Marseille.

En 1558 Adam de Crapponne présenta le projet d'un canal qui, prenant ses eaux dans la rivière de la Durance copieusement , au rocher de Chante Perdrix, un peu en aval du pont actuel de Mirabeau, devait passer par Aix pour arroser ensuite copieusement le territoire de Marseille.

En 1645 de nouvelles études ayant pour objet de conduire les eaux de  la Durance à Aix et à Marseille, furent faites par les Ingénieurs Colomby, Desmarets et Lombard.

En 1702 , le Comte de Pallade, conseillé et appuyé par Vauban, se chargea de l'exécution d'un canal et fut sur le point de se mettre à remuer la terre.

En 1733, Floquet étudia un projet à peu près semblable à celui de Crapponne, et quelques années plus tard en 1750, il commença des démarches pour le faire adopter et pour réunir les capitaux à l'aide desquels le Canal commença à être creusé. En 1764, Floquet eut des successeurs qui plusieurs fois essayèrent infructueusement de reprendre l'entreprise.

En 1817, on discutait sérieusement les données nouvelles de l'Ingénieur Pagnol, pour faire jouir Aix et Marseille des Eaux de la Durance.

En 1820, et pendant les cinq années qui suivent, l'Ingénieur Garella préparait, à la demande du Conseil Général et aux fraix du Département, un projet complet mettant à profit tous les calculs de ses nombreux prédécesseurs.

En 1834, M. Bazin, négociant à Marseille, secondé quant aux études sur le terrain par l'esprit d'initiative de l'agent Voyer Matheron, modifia le tracé Garella de manière surtout à agrandir la zone arrosée. M. Bazin proposait pour l'exécution de son plan des conditions financières et économiques trés favorablement accueuillies. Quoi qu'il en soit, les travaux, par lui-même, ne purent jamais être commencés, faute de parvenir à s'entendre définitivement avec Aix et d'autres Communes moins importantes. Marseille seule offrit libéralement  son or à M. Bazin pendant plusieurs années.

Enfin lorsqu'en l'absence de tout concours des autres villes, il devint légitime d'agir dans un intérêt purement exclusif, l'avant projet du canal actuel, dressé en moins de six mois , fut en dépit des contre-projets ( Michel, Seguin, Bazin-Dumollard, H. de Villeneuve et autres) adopté par le Conseil Municipal de Marseille le 27 Avril 1838.

L'exécution fût confiée à Mr. de Montricher d'après les plans présentés par lui. La premiére pierre du canal fut posée le 15 novembre 1839 par le Duc d'Orléans sur le plateau de Longchamps.

 Alfred Saurel 1876

 


 

 Mr. Montricher

Blason  Frantz de Montrichermontricher 02

      blason de franz de montricher    Arbre généalogiquearbre genealogique montricher

           De son vrai nom Mayor de Montricher, le petit Franz était à Lully prés de morges en 1810. C'etait l'ancienne seigneurie de sa famille qui avait en outre acquis en 1779 la baronnie de Montricher. Son père s'étant expatrié comme commerçant à Marseille, le jeune Franz ne vécut pas longtemps dans les château Vaudois de sa famille. Celui de Montricher avait été construit au XIe siécle par Rodolphe de Grandson et fut démoli en 1831. Les Piérres furent utilisées pour reconstruire le bourg, détruit trois ans auparavant par un incendie.               

  • Marié le 12 juillet 1839, Marseille, 13000, Bouches-du-Rhône, France, avec   Mathilde ROGERS 1823-1899(7 enfants), dont
    •  Pauline MAYOR de MONTRICHER1850-1941

 

                       Château de lully canton de vaud en suisse

 

Né en 1810 à Lully dans le Canton de Vaud en Suisse et décédé à Naples en Italie en 1858, Ingénieur des Ponts et Chaussées, célèbre pour les nombreux travaux.

 Formation : en 1826, il rentre à l'Ecole de Polytechnique, et choisit l'Ecole des Ponts et Chaussées.

 En 1836, il est attaché à l'arrondissement de Marseille. Il travaille sur le projet du Canal de Marseille. On lui doit la réalisation  du pont Aqueduc de Roquefavour.

  Parmi le personnel utilisé durant les travaux, on distingue lesemployés permanents et les ouvriers. A Marseillemême, l'administration du Canal s'étoffe peu à peu, passant, de 1839 à 1850, de douze personnes à quarante-sept. Sur la ligne du Canal, Montrichet est secondé par six chefs de division, quatorze chefs de sections et par des piqueurs. La sécurité est assurée par un commissaire de police assisté de six gardes. Le nombre des ouvriers varie selon les besoins des travaux et les finances de la Ville, pouratteindre en 1843 son maximum, soit dux mille sept cents hommes, tandis que la fourchette moyenne s"établit autour de quatorze à dix-huit cents, avec une légére majorité d'étrangers, essentiellement des piemontais. 

Arrivée du cercueil de M de Montricher à Marseille

cercueil de montricher